[tg_small_content]

Voilà ce à quoi je (et probablement nombreux de mes compères photographes) me heurte quotidiennement : «Non mais c’est trop cher» … Trop cher, vraiment ? C’est ce que nous allons voir !

[/tg_small_content]
 

J’ai débuté la photographie en 2009, j’étais alors collégienne, avec mon petit appareil compact, et je photographiais tout ce qui me passait sous l’objectif. 2009 … ça fait déjà 8 ans ! *coup de vieux* Et en 8 ans, j’ai pu acquérir quand même un peu d’expérience. Mes prestations se situent entre 50€ et 200€, mais peuvent aller au-delà pour des devis personnalisés. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir le pourquoi de ces tarifs, et peut-être faire changer votre vision (même légèrement) du métier de photographe.

 

backstage séance fond noir

backstage d’une séance fond noir

1. le photographe

 

Et oui, quand vous choisissez un photographe, (j’espère que) vous choisissez un style, un oeil, une patte, une personne … bref, vous choisissez un individu unique qui a sa propre vision et son savoir faire à lui (et rien qu’à lui, sisi j’insiste). Difficile de donner une valeur à un artiste ou à une oeuvre. L’art, c’est subjectif, et la photographie, c’est de l’art !

 

Pour ma part, je ne me suis pas lancé dans le bain tout de suite. J’ai préféré faire une école de photographie, une école privée, qui a un coût, et qui est à inclure également dans le prix de mes prestations. Bien que l’obtention ne soit pas nécéssaire pour devenir photographe professionnel, j’ai pris la décision de me former, d’acquérir des techniques et un savoir faire, que vous pouvez voir comme un gage de professionnalisme et qui fait parti de moi et de la photographe que je suis aujourd’hui.

 
 

2. le matériel

 

Le matériel, c’est crucial. Et c’est aussi la première chose à laquelle on pense quand on dit «photographe». Du matériel professionnel coûte cher, et ne se limite pas à l’achat d’un boitier et d’un ou deux objectifs, contrairement à ce que l’on pense. Dans le matériel on compte :

• un boitier professionnel : 4000€
• quelques objectifs professionnels : 5700€
• des accessoires (cartes mémoires, filtres, etc …) : 420€

Mais ça ne s’arrête pas là :

• un ordinateur assez puissant pour faire tourner les logiciels de retouche : 2000€
• les logiciels justement : 12€/mois, soit 144€/an
• les systèmes de stockages (disque dur externe, 2 par an) : 360€/an

Pour ce qui est de l’investissement « de base », le prix s’élève déjà à 12 624€. Tout en gardant à l’esprit qu’un appareil photo demande de l’entretien si on souhaite qu’il dure plus de 2 ans. Et qu’il faudra de toutes façons le remplacer dans les 4-5 ans. Ça, c’était pour le matériel, passons ensuite au temps réel que je consacre à vous et votre séance photo.

 
 

3. le temps (c’est de l’argent)

 

Quand vous vous renseignez sur mes tarifs, le rapport temps-prix est clairement affiché. Quand vous passez à l’acte qui fait mal au portefeuille, vous (me) dites souvent «100€ de l’heure, ça va!». Si seulement c’était le cas ahah! Non, en réalité, dans mes tarifs (et celui d’autres photographes qui ont étudiés et élaborés leurs tarifs) sont pris en compte tout ce qui vient avant, pendant et après la séance. Premièrement, voici ce qui se passe avant votre séance :

• la prise de contact, l’organisation, la recherche d’images d’inspiration : 45 min
• la préparation et vérification du matériel : 15 min
• la durée du trajet jusqu’à chez vous, puisque pendant ce temps là, je ne peux pas travailler pour moi ou d’autres clients
• l’installation sur place quand c’est nécéssaire (pour les séances fond noir notamment) : 20 min

Et on arrive enfin au moment où votre séance commence et vos photos sont réalisées. Mais le travail est loin d’être fini pour moi. Ci-dessous, tout ce qui arrive après votre séance :

• sur place, le rangement du matériel et de l’installation : 20 min
• le retour jusqu’à mon domicile
• le déchargement des images, leur sauvegarde en double : 40 min
• le tri et l’envoi de la pré-sélection : 30 min
• parfois, la gestion des problèmes d’envoi, les rappels aux clients (qui oublient qu’ils doivent choisir), etc …
• la retouche de vos photos : entre 30mn et 1h30 pour certaines images
• l’envoi de vos fichiers numériques : 15 min
• la préparation et l’envoi à l’impression de vos photos : 30 min
• la préparation du packaging de vos photos, le colis et l’envoi postale : 30 min

Et voilà, le traitement entier de votre séance photo est couvert, du tout début à la toute fin. Ah ça oui il y a quelques étapes supplémentaires auxquelles on ne pense pas. Et votre séance initiale d’une heure (par exemple) vient de passer plus de 10 heures de travail pour ma part.

 
 

4. le siret

 

Vous en avez rêvez, et ça y est ! Vous vouliez être photographe, vous vous êtes inscrits, avez effectué vos démarche et vous l’avez enfin reçu … votre numéro de SIRET ! Vous êtes officiellement un professionnel ! Et vous avez également reçu avec l’obligation de vous déclarer.

 

Oui, je suis professionnelle, oui je me déclare. C’est à dire que tous les trimestres, je paye mes cotisations sociales. En France, pour le régime de la micro-entreprise, la taxation représente 25% du chiffre d’affaire. Oui, du chiffre d’affaire, et non du bénéfice. C’est à dire qu’avant même de penser à payer tous les frais nécessaires à votre séance photo, et bien avant de penser à me payer moi même, je dois reverser un quart de ce que vous me donnez à l’état. En effet, c’est pas marrant

 

avant après retouche photoshop

avant/après : une petite idée du travail pouvant être réalisé

[tg_small_content]

Ça fait déjà pas mal de notions et d’informations à avaler. Et pour que tout ceci ne reste pas simplement une liste, je vous propose ci-dessous une application avec la séance équestre «PLUS».

[/tg_small_content]

Ce que vous vous dites au premier abord : la séance dure 2 heures et coûte 150€, soit 75€/h (brut), c’est pas donné !
La première étape, c’est d’enlever les cotisations sociales (point 4 ci-dessus). 25% sont alors déduits des 150€ initiales, il reste 112,5€.
La seconde, c’est d’enlever ce qu’on pourrait appeler les frais de production. Dans toutes mes prestations (à l’exception du forfait « MINI »), vos photos vous sont rendues au format numérique ET imprimées. Pour le forfait «PLUS», 20 photos vous sont rendues, et le coût de production est d’environ 10€. Cette sommes enlevée des 112,5€ restant, nous avons à présent 102,5€.
Et qui dit impressions dit envoi ! J’ai fais le choix de réaliser des packagings personnalisés (que vous pouvez retrouver ici), qui sont inclus dans tous mes forfaits avec impressions. Le coût de ce packaging et de son envoi est d’environ 7€. Une fois déduit, le prix final est de 95,5€.

 
[tg_small_content]

Vous voyez qu’en enlevant les charges de l’état, puis les coûts de production / réalisation / envoi, le prix de revenu pour moi est passé de 150€ à 95,5€, soit une perte de 54,5€ (36,3% du prix initial). Et je n’ai pas pris en compte les frais d’amortissement du matériel cité plus haut.

[/tg_small_content]

La question est : Accepteriez-vous de travailler pour moins qu’un smic ?
À présent rapportons ce que je gagne, les 95,5€, à un volume horaire. Comme expliqué plus haut, le volume horaire est beaucoup plus important que les 2 petites heures que je passe avec vous durant votre séance. Une séance équestre «PLUS» représente environ 13 heures de travail pour moi. Le calcul est simple à faire, 95,5÷13=7,346. Si vous faites parti du monde du travail, vous venez de comprendre. Pour ceux qui sont encore trop jeunes pour travailler, voici l’explication. En France, le salaire minimum légale (Smic) est de 1480,27 € par mois, soit 9,76 €/h brut et environ 7,64 €/h net (après déduction des cotisations sociales qui varient). Mon salaire horaire net est de 7,35€/h, soit un peu en dessous du smic horaire nationale.
Pour conclure cet exemple : mon salaire horaire est inférieur à la moyenne nationale. Donc non, je ne suis pas «trop cher».

 

backstage portrait fleur naturel

backstage d’une séance portrait

Cet article long touche à sa fin. J’espère de tout coeur qu’il vous aidera tout d’abord à comprendre mes tarifs, afin que vous ne vous sentiez pas ou plus arnaquer si jamais c’était le cas. Le but était également de vous dire que le métier de photographe n’est pas particulièrement un métier lucratif, qui nous permet de vivre confortablement. Je vois de plus en plus de personnes se lancer dans cette aventure, est-ce que leur tarifs bas nuisent au marché ? Certainement, mais ce n’est pas le débat ici. Oui, vous pouvez trouver un autre photographe moins cher que moi … Mais je reste convaincue que lorsqu’on choisi un photographe, on choisi une personne, un artiste à part entière, une vision, une âme.

 

MENU