Pourquoi j’arrête mon activité de photographe professionnelle ?

Pourquoi j’arrête mon activité de photographe professionnelle ?

En début de semaine, j’ai annoncé sur mes réseaux sociaux que je mettais un terme à mon activité de photographe. Une annonce qui a en surpris plusieurs, et que vous pouvez lire sur ce post Instagram ou Facebook. Depuis toujours, j’ai partagé avec vous mon aventure en tant que photographe : mes débuts au lycée, mes études supérieurs en photographie, l’ouverture de ma micro-entreprise en 2016, le développement de mon activité… et cela me paraît logique de vous expliquer plus en détail la fin de cette activité de photographe. J’ai d’ailleurs reçu des questions intéressantes en story, auxquelles je vais essayer de répondre dans cet article.

 

.

Pourquoi ai-je décidé d’arrêter mon activité ?

.

L’arrêt de mon activité est lié à un changement profond dans ma vie. En avril, ma jument Opale est tombée malade. Son œil droit était atteint d’une uvéite et d’un glaucome, qui ont nécessité des soins quotidiens plusieurs fois par jour, et ce pendant 6 semaines. Ces soins ont totalement chamboulé mon quotidien : moins de temps pour travailler, une charge émotionnelle forte, une fatigue physique et mentale. Malgré les nombreux soins, nous n’avons pas réussi à sauver son œil, et ma jument fut opérée début juin. Au total, ce sont 10 semaines très intenses que j’ai vécu juste avant le «boom» de mon activité (car la majorité des séances photos se font de mai à septembre)

Naïvement, je pensais pouvoir reprendre mon activité à fond en m’accordant seulement 3 jours de pause après l’opération #pasdeselfcare 😅 Et pourtant, plus les jours passaient, plus je me sentais vide et l’envie n’y était plus. J’ai essayé de me laisser plus de temps pour souffler, 2 jours de plus, une semaine, deux semaines… mais je traînais des pieds pour toutes les tâches de mon métier de photographe. Même prendre la voiture et faire la route pour rencontrer mes clients était compliqué, alors que cela mène à ma tâche favorite : créer des photos !

Pour me remettre le pied à l’étrier, j’ai eu envie de refaire le premier exercice de la formation BSB Académie, la formation business complète de The BBoost que j’ai acheté en 2021. Le but : affiner ma vision et redéfinir ce que je veux pour mon entrepris et pour moi. Plus j’ai avancé dans les exercices, dans cette conversation avec moi-même, plus j’ai compris que je n’étais plus alignée avec mon entreprise. Simplement car mes envies et mes priorités de vie ont changé suite aux soucis de santé d’Opale, son opération, et à mon quotidien chamboulé.

Je vous partage quelques extraits de l’exercice, qui représentent bien mon cheminement ⤵️
(c’est vraiment personnel, et une vraie mise à nue de ma part)

 

.

Qu’est-ce qui a motivé ma décision ?

.

La prise finale de la décision d’arrêter mon activité de photographe provient d’une multitude d’éléments, mais aussi de quelques coïncidences qui m’ont confortés dans mon idée et mes ressentis.

➡️ La raison principale est le changement des priorités dans ma vie. Avant, j’avais envie de liberté : liberté d’organiser mon temps, liberté de travailler avec qui je veux, liberté de faire les tâches que je souhaite. Avec l’espoir de vivre de ma passion. Aujourd’hui, ma priorité est de gagner ma vie pour atteindre une indépendance financière. Indépendance financière qui, je l’espère, permettra de réaliser mes projets de vie (source de bonheur et sentiment de réussite à mes yeux).

➡️ Je ne me retrouve plus dans mon entreprise et mes offres, mais je n’ai pas la motivation et la détermination pour refaire ce travail. Car c’est un travail énorme, d’introspection, de recherches, d’étude de marché, de construction et de mise en place.

➡️ Je me suis aperçue que mon entreprise, dans son état actuel, n’est pas apte à satisfaire mes besoins d’indépendance financière et de temps. Vivre de la photographie est difficile, et je ne me suis pas facilité la tâche en ne faisant ni de mariage (le plus rentable), ni de portraits, ni de concours. Qui plus est, le monde équestre a un rapport particulier à la photographie, et il est encore plus difficile de valoriser notre travail et notre plus-value. Quand on compare à des photographes équins en Europe qui vivent de leur activité, les prix d’une séance pour 5 photos sont entre 200€ et 250€, et plus de 700€ pour 20 photos. Nous sommes bien loin de ses tarifs en France, et pourtant notre travail n’en est pas moins qualitatif.

➡️ J’ai besoin d’alléger ma pression au quotidien. Parce qu’avoir une entreprise, c’est devoir tout porter sur ses épaules. Encore plus quand notre entreprise est notre seule activité et donc source de revenus. Il y a une trend Tiktok des entrepreneurs qui me fait beaucoup et qui dit « J’ai arrêté mon 35h pour vivre de ma passion. Et maintenant je travaille 7/7 24/24 ». L’idée, c’est que quand on essaye de vivre de sa passion, on a l’impression de jamais travailler car on fait ce que l’on aime, et il est parfois (souvent) difficile de couper totalement. Mais travailler autant, pour peu de revenus, cela devient épuisant.

➡️ Je suis tombée complètement par hasard sur une offre d’emploi qui a été le déclic. J’ai toujours été claire avec moi-même sur ce point : si un jour je trouve un boulot qui me correspond et me plaît, un « Dream Job », je n’aurais pas d’hésitation à lâcher mon activité de photographe. Avant, mon dream job était forcément en rapport avec le monde équestre. Mes critères ont évolués et je me suis ouverte à plus de possibilités !

➡️ J’ai consommé des contenus dans lesquels je me suis reconnue. Et pourtant, je ne les ai pas cherchés ! Tout d’abord, il y a eu l’épisode 176 – La pression sociale de la réussite du podcast « J’peux pas j’ai business » (créé par Aline de The BBoost, auprès de qui j’ai suivi la formation business dont je vous parlais plus haut) que vous pouvez écouter de suite 👇🏼

Puis une newsletter de Josiane Nantel, dans laquelle elle explique flirter avec la fine ligne de l’épuisement depuis plusieurs mois, sentir une complète déconnexion de ses besoins / rêves / aspiration et donne des conseils pour ne pas « mettre son business à la poubelle ». Cette newsletter m’a véritablement fait du bien : je me suis sentie moins seule, comprise et soulagée. Et enfin, le lendemain de mon annonce, j’ai reçu un mail d’une autre entrepreneuse qui elle aussi arrête son entreprise ! Coïncidence, et même si ce n’est pas pour les mêmes raisons que moi, cela m’a réconforté. Déjà, ça n’arrive pas qu’à moi. Et puis même quand une entreprise marche bien, on peut choisir de l’arrêter.

.

Pour résumer :
Changement de mes priorités / envies → Besoin financier devenu plus important → Ne plus me reconnaître dans mon entreprise → Perte de motivation → Potentiel emploi super cool 

 

.

Quels sont mes projets professionnels pour le futur ?

.

Dans un premier temps, je vais passer un été calme pour me ressourcer. J’ai quelques séances prévues en juillet et en août, que je compte bien faire à fond 🥰 Et j’ai le luxe de me le permettre car j’ai peu de charges fixes (environ 350€/mois). Puis j’ai été en capacité de payer les soins, la clinique et l’opération d’Opale, tout en ayant encore plusieurs mois d’économies de côté.

Niveau travail, j’ai postulé pour ce job de rêve dont je vous parlais plus haut ! Et j’espère avoir des nouvelles rapidement. En plus le timing est parfait, car ce serait pour débuter fin août. Et sinon, je chercherai un travail salarié dans la communication. Parce que mine de rien j’ai un bac+3 dans ce domaine qui me passionne 🙈 Si c’est en lien avec les chevaux, c’est encore mieux. Mais avant tout, je veux servir une entreprise ou une organisation en accord avec mes valeurs : écologie, artisanat, locale, bienveillance, partage, protection de la nature, améliorer la vie des humains , …

Concernant la photographie et l’entrepreneuriat : j’ai besoin d’une véritable pause ! Mais cela ne m’empêche pas d’avoir pleins d’idées et d’envies pour le futur. J’attends de voir ma situation et le temps que je vais pouvoir allouer à mes passions. En tout cas, je garde mon matériel photo et vidéo, et je ne jette pas mes projets à la poubelle. Ils sont bien au chaud dans mon espace Notion pour ne pas les perdre de vue. Puis je souhaite continuer à créer du contenu (photo, vidéo, article de blog, livret…) par pur plaisir de partager mes expériences !

 

.

Je profite de cet article pour une fois de plus remercier les personnes qui m’ont fait confiance depuis 2016. Cette aventure m’a tellement appris ! Sur moi, sur les autres, sur les chevaux, sur l’entreprise… J’ai rencontré des personnes incroyables, des personnes qui sont devenues de vrais amis. J’espère que cet article un peu long répond aux questions que vous vous posez. Et sinon, vous pouvez toujours m’écrire en commentaire ou sur mes réseaux sociaux. Vous le savez, je partage avec grand plaisir mon expérience et mes ressentis.
On se dit à bientôt ?
Faustine 🌿