Reportage en compétition équestre

by | 29 Jan 2020 | Billet d'humeur, Séance photo

Aujourd’hui, j’aimerai vous parler de reportage en compétition équestre. Dimanche 26 janvier je suis allée au Centre Hippique des Alpes à l’occasion de leur Dressage Amateur / Pro. Deux cavalières m’ont contacté dans la semaine pour savoir si je pouvais me déplacer pour faire quelques photos de leurs reprises. J’ai profité de cette occasion pour leur proposer quelque chose d’un peu différent, un projet qui me trotte dans la tête depuis quelques temps …

.

Photographier des compétitions équestres de nos jours

.

Quand on me demande mon métier et que je réponds que je suis photographe spécialisée dans les chevaux, on me sort souvent une phrase du style : Ah tu vas sur les compétitions pour faire des photos !«  … Ça me fait sourire, parce que même les non-cavaliers ont cette image du photographe toute la journée au milieu de la piste à enchaîner les photos des participants.

Aujourd’hui, en dehors des concours internationaux, être photographe sur des compétitions équestres consiste à être au milieu de la piste, prendre tous les participants de manière égale (même obstacles, même nombre de photos), puis vendre les photos de manière la plus efficiente possible. Dès la prise de vue, il faut s’assurer de ne pas faire de déchets (une seule photo par obstacle, pour limiter le temps de tri des images). Et enfin le traitement ne doit pas prendre plus de 5 minutes …

Pour résumer : c’est l’usine à gaz. Prendre un maximum de participants, faire un nombre limité de photo, traiter l’image en un minimum de temps. Les maîtres mots sont EFFICACITÉ et RENDEMENT.

.

Cheval sautant un obstacle oxerL’image classique que l’on retrouve en compétition, prise lors d’un hunter : obstacle en entier, phase ascendante du saut.

__________

Un modèle qui convient vraiment aux photographes et aux cavaliers ?

..

Après quelques compétitions couvertes en 2018, j’en suis venue à faire le constat suivant. : il est difficile d’être rentable lorsque l’on couvre une compétition. équestre en étant un petit photographe seul et sans stand (ce qui était mon cas). Malgré les galeries en ligne, une fois passé le jour de la compétition, peu de cavaliers font le pas. d’aller jeter un oeil à leurs photos. Même si les photos sont en ligne dès le lendemain ! Et lorsqu’ils le font, on retrouve souvent. nos photos sur les réseaux sociaux avec la signature et la mention « utilisation interdite » … Voler une photo, même si la qualité est affreuse et les sujets à peine visible, apparemment ça ne gêne personne.

À partir de là, je me suis posée la question. : est-ce que j’ai vraiment envie de me lever à 6h le dimanche pour rester 10h debout, l’appareil de 3 kilos à bout de bras, parfois sous la pluie, trempée avec les doigts (mains et pieds) gelés, de rentrer chez moi fatiguée, mais de quand même commencer le traitement des photos qui me prendra plus ou moins une journée de travail (tri, traitement express, export, téléchargement sur la galerie en ligne) pour gagner moins de 100€ ?

Même par passion, c’est difficile. Et puis l’amour d’un sport ne paye pas les factures … Mais au delà des questions d’argent, est-ce que couvrir des compétitions de façon traditionnelle me plaisait ? Est-ce que ça avait un sens à mes yeux ? Vous vous doutez que la réponse est NON. Faire de la quantité et perdre toute notion de créativité, ça n’avait pas vraiment d’intérêt pour moi …

Puis je me suis mise à la place des cavaliers ! Peu importe la compétition, le lieu, le photographe … tout ce qui est proposé se ressemble ! Le planer sur l’oxer avec l’obstacle bien en entier, le trot allongé sur la diagonale, puis avec un peu de chance le changement de pied entre les obstacles et la petite caresse à la fin de la reprise.

J’entends souvent « on fait ça parce que c’est comme ça que ça marche » … Je pense surtout qu’on s’est enfermé dans un modèle et que peu osent en sortir. (‘Peu’ parce que ce n’est pas tout noir ou tout blanc, il y a des photographes qui laissent parlé leur créativité lors de compétition … seulement on ne les retrouve pas en tant que photographes officiels, et on leur achète rarement des photos)

__________

Offrir un véritable reportage

.

Voilà comment j’en suis venue à vouloir proposer un vrai reportage en compétition équestre. J’avais l’idée et l’envie depuis longtemps, j’attendais simplement d’avancer sur mon projet de communication digitale, parce que je pensais que les reportages seraient plutôt destinés aux professionnels. (ce qui sera tout de même le cas). Mais finalement, quand Lorie m’a contacté pour la prendre en photo au CHA -Centre Hippique des Alpes- .ce dimanche, j’en ai profité pour lui soumettre l’idée d’un reportage complet, pour relater de l’ensemble de son concours, et pas uniquement de sa reprise sur le carré.

Je suis donc partie dimanche matin pour une journée complète au CHA dans l’idée de suivre Lorie et Laurie (la seconde cavalière à m’avoir fait confiance). Des préparatifs à la sortie du carré, j’ai été présente, alternant entre photos conventionnelles. et recherche de moments volés, de cadrage moins ordinaire, et d’émotion.

Maintenant que vous avez suivi le cheminement de ma pensée et que vous en savez un peu plus sur cette idée de. reportage en compétition, je vous laisse découvrir le rendu dont je suis TRÈS FIÈRE !

 

Lorie & Saxo

.

reportage compétition équestre - dressage du cheval

reportage compétition équestre - moment de dressage

__________

Laurie & L’air du temps

reportage compétition équestre - préparation détente dressage

reportage compétition équestre - détails et dressagePour réduire le temps de chargement, la qualité des images est nettement diminuée.

 

Et voilà un extrait des deux reportages que j’ai fais ce dimanche (sur environ 80 photos rendues). C’était une première pour moi de proposer un reportage compétition, mais je suis très contente du résultat. Cette façon de photographier une compétition équestre me ressemble plus. Cela me permet de faire connaissance avec les cavaliers et les chevaux, j’ai l’occasion de faire des photos plus originales et surtout le reportage complet permet de raconter une histoire.

__________

.

Maintenant, j’aimerai avoir votre point de vue, en tant que cavalier :

Si vous sortez en compétition, prenez-vous le temps d’aller voir vos photos ?
Est-ce que vous en achetez régulièrement ?
Qu’est ce qui fait que vous achetez (ou n’achetez pas) les photos de vos compétitions ?
Est-ce qu’un accompagnement photo, un reportage plus complet et personnel peut vous plaire ?

.

Si vous avez une expérience à raconter ou un avis à donner, ça m’intéresse de vous lire dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux.

__________

Quant à moi je vous dis à bientôt pour un nouvel article,
Faustine 🌿

 

.

Faustine Gauchet

Faustine Gauchet

Photographe & vidéaste

Passionnée par les chevaux depuis mon plus jeune âge, c’est suite à l’achat de ma première jument que je commence la photographie. Ma motivation : offrir aux propriétaires amoureux de leurs animaux des souvenirs qu’ils garderont le reste de leur vie 💕

Lire un autre article ?

Est-ce que je fais beaucoup de photo ?

Est-ce que je fais beaucoup de photo ?

Depuis plus de 3 semaines ma jument Opale a un souci de santé qui nécessite des soins 4 à 6 fois par jour (et jusqu'à 2 visites vétérinaires par semaine). Autant vous dire que ce souci a totalement chamboulé mon quotidien et a impacté mon travail de photographe. Ce...

L’expérience d’une séance photo : Carla & Samira

L’expérience d’une séance photo : Carla & Samira

L'expérience d'une séance photo… raconté par le client ! C'est l'article que je vous propose aujourd'hui avec le retour de Carla, qui a fait une séance photo avec sa jument Samira. . En février, j'ai réalisé une vingtaine d'interviews dans lesquels j'ai pu échanger...

5 idées reçues sur la retouche photo

5 idées reçues sur la retouche photo

Quand on débute la photographie, on rencontre beaucoup d'apriori sur la retouche photo. Je me souviens lorsque j'ai commencé à poste mes histoires sur des groupes et des forums, j'écrivais fièrement "non retouchée", comme si j'étais capable de faire la photo parfaite...

3 Comments

  1. Manon

    Si vous sortez en compétition, prenez-vous le temps d’aller voir vos photos ?
    Est-ce que vous en achetez régulièrement ?
    Qu’est ce qui fait que vous achetez (ou n’achetez pas) les photos de vos compétitions ?
    Est-ce qu’un accompagnement photo, un reportage plus complet et personnel peut vous plaire ?

    Je sors en compétition et je prend toujours le temps d’aller voir les photos sauf contre temps ou soucis avec les chevaux mais s’est rare. Je n’en achète pas régulièrement. Bien souvent justement elles ne sont pas original et ne mettent pas en valeur moi et/ou mon cheval. J’aime acheter une photo quand elle ne ressemble pas à celles j’ai déjà. il y’a aussi que souvent les photos ne sont pas très belles (mauvaise lumière,couleur bof) et souvent très chère pour la qualité. Les concours étant déjà un budget je n’investit que dans des photos qui me plaisent vraiment.
    Je pense que ce type d’offre me plairait vraiment. On pourrait même penser que le photographe avant le concours dédia de qui veux des photos avec des forfaits et un nombre de photos mais avec le libre choix du photographe.

  2. Sotton Frank

    Bonjour Faustine.
    Je viens de lire ton post.
    Et je te remercie. C’est exactement comme cela que je vois la photographie (sportive en générale).
    Je shoote depuis pas longtemps et je me suis retrouvé dans ton texte. J’ai l’impression effectivement que l’on dois faire passer la production rapide et efficace avant la qualité d’image et surtout l’histoire que l’on veux donner.
    Je devais faire une compétition de Bmx ce week end (façon industrielle… ) Mais maintenant je pense que je vais le faire autrement.
    Encore merci.

  3. Faustine Gauchet

    Bonjour Frank,
    En effet, je pense que peu importe le sport, on retrouve un peu le même schéma. Il n’est jamais trop tard pour changer des habitudes et explorer de nouvelles façons de faire. Pour moi, le reportage a quelque chose de beaucoup plus personnel, intimiste, qualitatif… et ça a une histoire à raconter, grâce aux photos.
    Mais c’est certain que comme ce n’est pas « la norme », et que c’est un investissement plus important en temps, le prix et les habitudes des consommateurs peuvent freiner les ventes.

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.